Passer au contenu

CRITIQUES TOME II

L’ORDRE

 

Line Bordeleau a réussi un coup de maître avec ce deuxième tome de Sionrah. Ce qui était au début une banale histoire de prophétie, classique vu et revu dans la littérature jeunesse fantasy québécoise, se transforme dans L’ordre en une grande fresque qui non seulement mélange fantasy et science-fiction, mais prend la trame originale de Sionrah pour la pousser au maximum et ainsi offrir une série beaucoup plus poussée que ce qu’un classique jeunesse aurait eu l’audace de faire. Beaucoup de maturité et d’excellentes décisions narratives sont au rendez-vous. Ce livre prend le premier Sionrah et le projette bien plus loin, dans les méandres de la spiritualité et de l’Histoire revisitée. Je vous lance l’invitation : jetez un coup d’œil à cette série ! Je l’ai fait, et j’en suis ressorti impatient de lire la suite.

Beaucoup plus substantiel déjà par son épaisseur, le deuxième tome de Sionrah a beaucoup à raconter. Line Bordeleau prend le risque ici de décupler ses récits, de transporter le lecteur à différents endroits dans le monde, pour ensuite relier le tout. L’effet est réussi, puisque cela complexifie l’histoire et la rend bien plus intéressante. Autre bon point de ce tome : les personnages principaux, Leyla et Mégane, ont beaucoup plus d’aide adulte. De voir des protagonistes un peu plus vieux voler la vedette le temps de quelques chapitres m’a permis de m’identifier à quelqu’un, donc d’accrocher au récit bien plus profondément que la dernière fois. Armée de toute cette batterie de personnages différents, l’auteure peut maintenant être certaine que Sionrah peut rejoindre tout type de lectorat.

Le récit de base présenté dans le premier tome se décuple en diverses branches qui ont toutes le pouvoir de pousser la curiosité de façon très habile. Plus rien n’est laissé au hasard et le lecteur a maintenant divers moyens d’en apprendre plus sur l’univers trop peu effleuré dans le premier opus. Le voyage dans l’Annwin était certes intéressant, mais rien d’assez solide ne rattachait ces éléments à la réalité pour que le tout élève la série au niveau qu’elle est maintenant avec L’ordre. Le lecteur apprend de nouvelles informations en suivant une journaliste en cavale, ou alors il a droit au chapitre suivant à quelques lignes de dialogues entre quelques méchants ou même à un chapitre où des forces supérieures prennent encore le temps d’expliquer aux deux élues la teneur de leur mission.

Line Bordeleau connait très bien les théories spirituelles qui peuplent notre planète, et les incorpore très bien à sa science-fiction teintée de fantasy. Le lecteur n’est plus laissé à lui-même, il comprend mieux l’origine du merveilleux dans la réalité, ainsi que le danger réel que Goulhen représente pour le monde libre. L’auteure n’aurait pas pu mieux continuer sa série!

Le Québec a besoin de plus de séries comme Sionrah, qui rappellent les grandes fresques tissées de main de maître par les auteurs américains et anglais. À cheval entre deux genres et deux lectorats, Line Bordeleau parvient, avec L’ordre, à satisfaire les amateurs de science-fiction et de fantasy, mais aussi à intéresser un public jeunesse autant qu’un public adulte. On ne peut que souhaiter autant de qualité pour le troisième tome! Comme quoi prendre le temps de remettre en question son univers et d’en expliquer les bases et les mécaniques fait toute la différence…

Jérémie Bernard

Tiré du site : JESTERMIND

 


L’ORDRE

 

Quel plaisir a été pour moi de retrouver les sœurs Wallace dans leur grande aventure dangereuse et périlleuse! Ce deuxième opus est de l’adrénaline en bouteille! Un volet bien rempli. Nous suivons le point de vue de nombreux personnages dans ce volet, des personnages qu’on aime, d’autre qu’on déteste et certain qui nous sont nouveaux et qui prend une place clé à travers l’aventure. Propulsé de gauche à droit pour finalement ramener tout ce beau monde au même point, et le voile se lève nous faisant comprendre le rôle de chacun et leur importance.

L’avenir du monde n’est pas encore scellé, malgré les atrocités commises par l’Ordre qui ne sont qu’une vision de ce qui infecte le cœur des hommes poussé par leur vice… Des découvertes macabres regorgent dans ce roman, nous horrifiant par ces atrocités suscitant chez le lecteur l’impuissance et l’empathie pour les protagonistes.

Pour espérer un monde meilleur, nos trois héros auront tout un chemin à arpenter et des dangers à déjouer, pour venir à bout de l’Ordre de Lucifer. Ces êtres abjects qui apportent au lecteur une vision vile et remplie d’horreur, incarnant à eux seuls ce que l’humanité compte de plus monstrueux. Cet Ordre à pour maitre, Goulhen. Et les plans que cet ange déchu a pour la terre n’ont rien à envier à l’enfer…

Une série originale que je recommande à tous les amoureux de roman fantastique.

Tiré du site: Les sœurs électriques